accueil > publications > Regard des plus pauvres sur la répression et la 'criminalisation' de la pauvreté

On nous rend transparents,
mais nous résistons chaque jour à la misère

[Couverture] On nous rend transparents, mais nous résistons chaque jour à la misère

Télécharger la publication

document
On nous rend transparents,
mais nous résistons chaque jour à la misère
, étude collective, 17 octobre 2016


plus d'info
contacter LST

Etude collective présentée lors de la Journée mondiale du refus de la misère 2016.

Résumé

Les plus pauvres subissent une double transparence :

1) Transparence = Inexistence aux yeux des autres, qui pousse hors de la cité
D'une part, on ne nous voit pas dans la société. La misère nous rend transparents. La société tente de masquer la pauvreté par des chiffres, des lois et surtout en acceptant que des humains soient rejetés.

2) Transparence = Absence de vie privée
D'autre part il faut rendre des comptes à tous les niveaux. Pour les plus pauvres, tous les faits et gestes doivent être connus et répertoriés.

Découvrez un point de vue ancré dans les réalités des plus pauvres.

A l'occasion de cette Journée mondiale du refus de la misère 2016, nous voulions interpeller l'opinion publique et les décideurs politiques sur un ensemble de législations qui prétendent lutter contre la pauvreté mais qui au contraire se retournent contre les plus pauvres, renforcent encore les inégalités et produisent une plus grande insécurité d'existence pour les plus pauvres.

Téléchargement

Faites-vous une opinion, consultez l'étude :

Télécharger la publication

Aperçu de l'étude

Introduction

Tout dévoiler de sa vie pour "exister"

  • Les législations sur la cohabitation
    • En matière de chômage et d'allocations sociales
  • Revenus d'intégration et renforcement des contrôles souvent arbitraires
    • Contrôle des extraits de compte bancaire
    • Contrôles domiciliaires
  • Des contrôles accrus
  • Centralisation des consommations énergétiques à la banque carrefour

De la transparence à l'inexistence

  • Une nouvelle législation pour un pouvoir accru des familles d'accueil
    • C'est un combat qui n'est pas neuf
    • Un meilleur statut pour les parents nourriciers
    • Une réelle prise en considération et reconnaissance des familles d'origine parmi les plus pauvres
    • Rupture fondamentale entre des législateurs fédéraux et communautaires
    • Méconnaissance du quotidien en grande pauvreté
    • La question du maintien du lien durant le placement
    • Un problème budgétaire qui s'impose au droit à la famille
  • Les exclusions des allocations d'insertion au niveau du chômage
    • Etat des lieux
    • Ce que nous en disions à la suite des premières exclusions
    • Les conséquences visibles de l'application de la loi dès janvier 2015
    • Analyse des situations commandée par la ministre (IWEPS)
    • Recours au conseil d'Etat de personnes exclues appuyées par les syndicats. En juin, recours gagné et attente de l'appel de l'Onem.
  • Répression de la mendicité
  • Le revenu d'intégration et ses nouvelles conditionnalités

Des éléments qui devraient servir de repères en matière de lutte contre la pauvreté

  • Les objectifs de développement durable à 2030
    • Des objectifs du millénaire, aux objectifs de développement durable
    • L’objectif premier : la lutte contre la pauvreté
    • Le regard des plus pauvres sur le développement durable
    • Les plus pauvres acteurs de développement durable
  • Un plan wallon de lutte contre la pauvreté
  • Des analyses d’impact des politiques indispensables

Conclusions

Documents de référence

 

page précédentetop
  Creative Commons License
dernière mise à jour le 25 novembre 2016