accueil > action militante > rassemblement avec d'autres associations > suivi du rapport général sur la pauvreté > Dialogue sur la pauvreté cadenassé ? Appel au débat !

Dialogue sur la pauvreté cadenassé ?
Appel au débat !


Evitons de cadenasser le dialogue !

documents
2ème lettre d'interpellation des parlementaires (nouveaux signataires & commentaires sur les réactions reçues à la 1ère interpellation)

Texte complet de la première interpellation & propositions de modifications du projet d'accord


plus d'info
contactez-nous


liens externes
Service de lutte contre la pauvreté, la précarité et l'exclusion sociale

Accord (actuel) de coopération entre l'État fédéral, les Communautés et les Régions relatif à la continuité de la politique en matière de pauvreté

Révision de l’Accord de coopération sur la politique de lutte contre la pauvreté : appel au débat !

Depuis 1994, suite à l'élaboration du Rapport Général sur la Pauvreté (RGP), un accord de coopération entre le gouvernement fédéral et les entités fédérées (Régions et Communautés des différents rôles linguistiques) a institué le « Service de lutte contre la pauvreté, la précarité et l'exclusion sociale ». Cet organisme a reçu pour mission d’assurer un suivi du RGP en entretenant un dialogue permanent entre plusieurs acteurs de la société civile (monde politique, administrations, syndicats, mutuelles, associations...).

Une place particulière est prise par les associations où se rassemblent et s'expriment des personnes en situation de pauvreté à travers le « collectif d’associations partenaires ». Différents thèmes sont abordés. Tous les deux ans, un rapport de l’état du dialogue et des propositions est remis aux instances gouvernementales pour nourrir les prises de décisions politiques.

Un nouvel « Accord de coopération entre l'État fédéral, les Communautés et les Régions relatif à la continuité de la politique en matière de pauvreté » est en préparation. Il vise à faire évoluer les missions du Service de Luttes contre la Pauvreté et la Précarité Sociale.

Ce projet nous inquiète car la place donnée à la parole des plus pauvres est fortement menacée. Deux modifications nous semblent préjudiciables :

  • L’évolution du Service vers un « centre d’expertise », n’ayant plus d’objectif de dialogue.
  • Le rôle d'espace d'expression et de participation des plus pauvres octroyé de manière privilégiée – voire exclusive – aux seuls Réseaux de Lutte contre la Pauvreté, à l'exclusion de toutes les associations non membres de ces réseaux.

Les mouvements LST et ATD Quart-Monde/ATD Vierde Wereld ont écrit leurs préoccupations aux parlementaires des assemblées concernées, déjà rejoints par Solidarités Nouvelles, le Front commun des SDF, le Daklozen Aktie Komitee et le Pivot - Promotion Communautaire.

» 2ème lettre d'interpellation des parlementaires (nouveaux signataires & commentaires sur les réactions reçues à la 1ère interpellation)
» Texte complet de l'interpellation & propositions de modifications du projet d'accord

page précédentetop
  Creative Commons License
dernière mise à jour le 26 avril 2010