Obtenir Flash pour visualiser ce lecteur
accueil > action militante > éducation permanente > 17 octobre > Journée mondiale du refus de la misère 2011

Journée mondiale du refus de la misère 2011

[photo de la dalle] Là où les hommes sont condamnés à vivre dans la misère, les droits de l’homme sont violés. S’unir pour les faire respecter est un devoir sacré.
[photo] Au Parlement wallon, les mouvements LST et ATD dialoguent avec les députés et la présidente du parlement, devant la dalle commémorant les victimes de la misère.
Au Parlement wallon, les mouvements LST et ATD dialoguent avec les députés et la présidente du parlement, devant la dalle commémorant les victimes de la misère.


documents
Conditionnalité des droits, Travail collectif - Associations partenaires du Rapport général sur la pauvreté, 2010.

Note préparatoire à la rencontre associative et parlementaire du 3 mai 2012. Ce que les plus pauvres en disent - synthèse des ateliers « Alimentation & Pauvreté » du 17 octobre 2011, Journée mondiale du refus de la misère, en lien avec le 16 octobre, Journée mondiale de l'alimentation (03-05-2012)


plus d'info
Programme complet du 17 oct. 2011

Rencontre associative et parlementaire du 3 mai 2012, en suivi du 17 oct. 2011

Journée mondiale du refus de la misère, chaque 17 octobre

contactez-nous

Le 17 octobre est la Journée mondiale du refus de la misère.

Cette journée est l'occasion pour les plus pauvres de prendre la parole et d'être écoutés, de rappeler notre résistance quotidienne à la misère.

En 2011, un échange se tiendra au Parlement wallon, en lien avec la « Journée mondiale de l’alimentation » du 16 octobre, entre associations puis avec les parlementaires.

Vous y êtes invité-e ! Bienvenue à toutes les associations (dès le matin) et citoyens concernés (dès 14:00).

Promotion des droits humains au Parlement wallon

Ce 17 octobre 2011, au Parlement wallon et sous la houlette d'Associations 21 (plate-forme de concertation entre associations sur le développement durable), les mouvements LST et ATD Quart-Monde invitent les citoyens, associations et parlementaires à une journée de réflexion et d'interpellation sur les droits humains.

Cette journée est au croisement des thèmes de deux dates emblématiques des droits humains, au Nord comme au Sud de la planète :

  • 16 octobre, journée mondiale de l'alimentation, que certaines associations proposent de rebaptiser « journée mondiale de la souveraineté alimentaire » ;
  • 17 octobre, journée mondiale du refus de la misère.

Nos objectifs sont d'une part de rendre publique une réflexion transversale qui dénonce les mécanismes d’exploitation des humains et de l’environnement au seul profit de quelques-uns. D'autre part, nous souhaitons contribuer à imaginer, expérimenter et promouvoir des modes soutenables et équitables de production, de consommation, d’organisation et de décision qui mettent fin aussi à l’extrême pauvreté.

Cette journée fournira également à tous l’occasion de dresser un état des lieux des échéances politiques en matière de développement durable aux différents niveaux de pouvoir : Région wallonne, Belgique fédérale et communauté internationale, en perspective de Rio+20 et de l’évaluation des Objectifs du Millénaire.

» A ce sujet, voir aussi : Une analyse sur le développement durable ancrée dans les réalités des populations les plus pauvres : introduction à la démarche de LST (avec Associations 21) et synthèse de nos réflexions.

Matin, dialogue inter-associatif.
Droits des pauvres ou pauvres droits ?

Le matin, les associations actives dans les domaines de l’agriculture et de l’alimentation durable sont invitées à partager leurs points de vue et expériences sur les questions de pauvreté, d’alimentation et d’agriculture, au Nord comme au Sud de la planète.

Les lois qui devraient représenter une chance pour les plus pauvres, se retournent progressivement contre eux.

Ainsi, dans la continuité d’une réflexion sur la conditionnalité des droits, entamée par le collectif des associations partenaires du suivi du Rapport Général sur la Pauvreté, nous questionnerons une ambiguïté fondamentale dont sont victimes les plus pauvres : le droit qui devrait garantir la dignité et l’égalité pour tous génère trop souvent tout à fait le contraire dans son application au quotidien. L’application des conditionnalités de nombreux droits construit la précarisation et la misère et consolide l’accaparement et le partage scandaleusement injuste des richesses.

L’exemple de l’accaparement des terres montre que ce constat vaut aussi pour les politiques agricoles qui menacent la souveraineté alimentaire. C’est pourquoi LST et ATD Quart Monde invitent les associations actives dans les domaines de l’agriculture et de l’alimentation durable à partager leurs points de vue et expériences, en sorte de faire le lien entre la thématique du 17 octobre, journée internationale du refus de la misère, et celle du 16 octobre, journée mondiale de l’alimentation, dans une volonté commune de promotion des droits humains.

Après-midi, en l'honneur des victimes de la misère, avec les parlementaires

[photo] Au Parlement wallon, la dalle « en l’honneur des victimes de la misère »
Au Parlement wallon, la dalle
« en l’honneur des victimes de la misère »

L’après-midi, nous prendrons la parole devant la dalle commémorant les victimes de la misère, dans la Galerie du Parlement wallon, et rencontrerons ensuite des parlementaires wallons pour échanger sur base des réflexions des ateliers du matin.

Vous êtes invité-e à ce temps d’hommage, de questionnement des politiques publiques et d’interpellation des autorités à partir du vécu des plus pauvres !

Merci de libérer cet après-midi pour nous rejoindre et associer votre action à ces enjeux particulièrement importants, qui nous mobilisent au nom de la démocratie et des droits de l’homme.

Programme complet

» Le programme complet du 17 octobre 2011

A suivre...

Cette journée est une première étape d’une démarche de réflexion et de mobilisation qui continuera pendant un an sous la houlette d’Associations 21 avec comme objectifs :

  • Rendre publique une réflexion transversale qui dénonce les mécanismes d’exploitation des humains et de l’environnement au seul profit de quelques-uns.
  • Contribuer à imaginer, expérimenter et promouvoir des modes soutenables et équitables de production, de consommation, d’organisation et de décision qui mettent fin aussi à l’extrême pauvreté.

Ressources utiles

Conditionnalité des droits & pauvreté :

Souveraineté alimentaire :

Développement durable, rôle de la société civile internationale :

page précédentetop
  Creative Commons License
dernière mise à jour le 14 octobre 2011