accueil > action militante > éducation permanente > les caves (pour adultes- - rassemblements réguliers

les Caves - rassemblements réguliers




documents
Ce qui se dit en Cave est la base pour créer et porter une parole collective. Les textes édités ou rédigés, les interpellations des pouvoirs politiques sont souvent le fruit de préoccupations ou sujets importants traités en Caves.

Parmi d'autres, deux livres nés des Caves :

• « La dignité... parlons-en ! » Chronique de 25 ans d'application de l'aide sociale (2003).

• « La Tuile » est une étude collective sur le droit au logement pour tous (accès, salubrité). Etablis en 1990, certains constats auxquels cette étude nous a menés n'ont pas pris une ride et restent (malheureusement !) d'actualité.


plus d'info
Les Caves ont lieu à :
Andenne
un mardi sur 2, de 20 à 22h
Namur
un mardi sur deux (le mardi suivant Andenne), de 20 à 22h
Noiseux (commune de Somme-Leuze)
le 3ème lundi du mois (pour LST Ciney-Marche), de 20h à 22h
Binche,
le 2ème lundi du mois, rue du pont de bois, de 18h à 20h

Pour connaître les dates exactes, contactez les différentes locales.

Si vous souhaitez participer à une Cave mais que vos moyens de locomotion ne vous le permettent pas,

» Contactez-nous.


lien externe
ATD Quart-Monde Belgique

Un mardi soir sur deux, des militants de LST et des personnes qui vivent la grande pauvreté se rassemblent pour parler de leur vécu, pour approfondir ensemble une réflexion menée sur des problématiques liées à la pauvreté. C'est aussi un temps convivial où certains peuvent se réapproprier la confiance perdue lors d'un parcours de misère.

L'échange qui naît autour de l'expression du vécu de chacun met en évidence l'exploitation que vivent les plus pauvres et le mépris dont ils font l'objet. Cette prise de conscience collective donne naissance à différentes actions, interpellations, prises de parole…

Nos objectifs

« Lorsque tout ce qui entoure crée la division, la suspicion, le mépris, se rassembler et construire quelque chose ensemble est un défi. »

La Cave est un lieu d’expression et d’écoute qui rassemble des individus et des familles qui connaissent des situations de grande pauvreté. La dynamique créée en Cave permet le passage de l’expression individuelle à l’expression d’une conscience collective plus élaborée. Ce passage à une conscience collective met en évidence l’importance fondamentale de créer des solidarités concrètes pour lutter contre la misère quotidienne. Cette construction d'une parole permet surtout de définir ce qui produit la pauvreté et d'y résister.

C’est une démarche d’identification collective où les plus pauvres se perçoivent comme acteurs à travers les lieux et les moyens de résistance à la misère.

Un peu d'histoire

Les rassemblements des Caves ont été initiés par le mouvement ATD Quart-Monde. A la fin des années '70, des militants de LST (qui à l'époque constituaient le pivot culturel) sont allés rencontrer les militants d'ATD qui se réunissaient en Caves à Bruxelles. Cette appellation des Caves provient du fait que ces premières réunions d'ATD se déroulaient dans des caves. Cela fait maintenant plus de 25 ans que les militants de LST se réunissent tous les 15 jours à Namur. Depuis, les réunions des Caves se déroulent aussi à Andenne et dans la région de Ciney-Marche.

Ces rencontres nous ont aussi permis de mener des réflexions sur des thématiques à plus long terme, de manière plus approfondie et ont donné naissance à des ouvrages tels que « La Tuile », « La dignité... parlons-en ! ».

haut de la page

Quelle est notre approche et que faisons-nous ?

une cave à LST Andenne ...

... et à LST Namur

C’est un lieu de formation qui s’enracine dans des éléments de la conscience populaire où la tradition orale est dominante et dans les luttes concrètes des plus pauvres pour résister à la misère. Il se base sur les mécanismes de partage du savoir et des connaissances de chacun. Ce n’est pas un lieu où l’on vient entendre l’exposé d’un expert. On y développe des rapports sociaux de partenariat avec maîtrise élargie des connaissances particulières. Cette démarche de réflexion se traduit par l’appropriation d’éléments qui font partie de la culture dominante (l’écriture par exemple).

Plus concrètement, lorsque nous nous rencontrons, nous débutons toujours les Caves par les « nouvelles ».

Nous échangeons les nouvelles dont nous avons pu prendre connaissance durant les quinze jours écoulés et qui nous marquent, qu'elles soient personnelles, familiales (décès, naissance...) ou informations plus générales relayées par les médias.

Ensuite nous abordons le thème de la Cave. Ce thème est proposé par l'animateur ou décidé ensemble lors de la Cave précédente. Certains thèmes « durent  » plusieurs Caves s'ils sont importants ou conséquents (exemple : le « revenu d'intégration » sur lequel nous avons passé plusieurs mois dans les 3 locales).

Parfois, il arrive qu'une situation personnelle ou familiale urgente « monopolise » la Cave. Ces rencontres se veulent aussi un soutien et une solidarité envers les plus écrasés. Ensemble, nous proposons ou élaborons des pistes, des solutions. Ce groupe est ouvert à toute personne qui souhaite s'y investir, même si ce n'est que pour une soirée.

Alice... lors d'une « Cave »

Alice... lors d'une ««  Cave »

Les Caves nous ont permis de réaliser...

  • « La dignité... parlons-en ! - Chronique de 25 ans d'application de l'aide sociale » (2003). Cet ouvrage construit sur base de centaines de récits de vie, de réflexions et de questionnements menés en Caves durant 6 ans (de 1996 à 2003) a permis de construire une chronique de l'application des lois relatives à l'aide sociale mise en parallèle avec le quotidien des familles les plus pauvres.
  • « La Tuile » (1990) est un livre né des Caves autour d'une longue réflexion sur le logement et la difficulté de se loger décemment à Namur (tant d'un point de vue économique que de la salubrité)

Outre les documents qui résultent des Caves, il y a les changements que ces rencontres peuvent apporter à ceux qui y participent, dans leur vie de tous les jours : une éventuelle piste de solution pour ses problèmes, mais surtout une écoute, la possibilité de s’exprimer dans un lieu où l’on respecte chacun, la création d’une parole militante commune, l’échange de connaissances.

page précédentetop
  Creative Commons License
dernière mise à jour le 13 novembre 2015