accueil > action militante > rassemblement avec d'autres associations > réseau des habitants permanents en campings

Réseau des habitants permanents en campings et domaines · Inter-campings




documents
• le Courrier des Domaines vise à mettre en réseau, à rassembler les résidents permanents en campings et domaines de Wallonie, à partager sur ce qu'ils vivent.

atelier thématique logement


dans les médias
La colère face à l'expropriation (Le Soir, 04-09-2007)

Le Plan HP souffre de la carence en logements à prix modérés (Alter Echos, 24-02-2006)

A Jemelle, la pauvreté a des visages & « Nous ne comprenons pas » (Le Soir, 25-07-2005)

Habitat permanent en zone touristique : moins de pression sur les résidents (Alter Echos, 08-02-2005)

Résidents permanents en attente (Le Soir, 07-02-2004)

Requalification des parcs résidentiels de Somme-Leuze : inquiétudes de LST Ciney-Marche (Alter Echos, 08-10-2001)

Le combat de LST et des résidents permanents des campings de Somme-Leuze (Alter Echos, 15-06-1998)


plus d'info
contactez-nous à LST Ciney-Marche


liens externes
Solidarités Nouvelles
rue de Montigny, 29
6000 Charleroi
tél : 071-30.36.77

La Teignouse

Une part importante des plus pauvres en région rurale se logent dans les campings et dans les parcs résidentiels. La Région Wallonne veut mettre un terme à ce type d'habitat. A travers le réseau des habitants permanents et les rencontres inter-campings, nous voulons rejoindre en priorité celui qui va devoir quitter son logement. Nous voulons partir de ce vécu d'insécurité et réfléchir ensemble à divers possibles. Nous voulons tisser des liens de solidarité entre des personnes qui vivent dans des lieux très éloignés.

Nos objectifs

.

Mme X habite dans une caravane, dans un parc résidentiel.

Elle était indépendante et a fait faillite. Elle a vécu plusieurs mois dans la rue avec ses chiens. Elle a cherché à se reloger dans le logement traditionnel, mais soit les logements étaient trop chers, soit elle ne pouvait montrer une preuve de revenus du travail, soit on refusait ses chiens.Tout son combat était d'avoir un toit au-dessus de sa tête.

Mais elle est arrivée à la conclusion que, pour elle, habiter dans une maison était impossible. Elle nous a dit combien elle était obsédée par les toits depuis qu'elle a vécu dans la rue. Quand elle va en ville, ce qui la frappe le plus, c'est de voir tous ces toits et qu'il n'y en a pas un pour elle. Par défaut, elle fait le tour des parcs résidentiels et finit par trouver une caravane.

Pour cette dame, avoir un toit au-dessus de la tête, c'est une victoire importante. « C’est le lieu qui m'a permis de me relever et d'avoir les choses élémentaires pour vivre : de l'eau, de l'électricité, du chauffage, un domicile, des voisins... »


.

L'objectif est de susciter le rassemblement des habitants de campings et de parcs résidentiels au niveau wallon pour avoir une parole sur le vécu dans les différents lieux, pour faire circuler l'information, pour s'encourager les uns les autres à ne pas baisser les bras.

A partir de ces lieux de non-droit, il est important de pouvoir échanger sur la manière dont on survit, sur la façon dont on se débrouille à Estinnes, à Bastogne, à Mettet..., comment on résiste... ce qui marche, ce qui ne marche pas... sur les obstacles qu'on rencontre ici et là et comment on les dépasse. On peut chercher ensemble, dans la confrontation du vécu et des idées, des solutions, des pistes d'action, des stratégies. On peut également décider d'inscrire notre solidarité avec certains habitants de camping qui intentent une action en justice pour faire valoir leur droit.

Nous voulons enfin construire une parole collective, prendre la parole et interpeller le pouvoir politique pour qu'il tienne compte de notre vie et de notre avis.

haut de la page

Un peu d'histoire

Tout a commencé avec la rencontre au niveau local, avec des amis, Alex et Viola, que nous connaissions déjà à Namur dans les années 80 et qui squattaient un logement. Ils nous ont fait connaître cette réalité. Par la suite d'autres nous ont rejoints : Raphaël, Albert, Henri. Nous nous sommes mobilisés avec des habitants du domaine du Mayeur autour d'une action en justice de plusieurs locataires pour forcer la propriétaire à raccorder ses locataires à la nouvelle installation d'eau. L'asbl LST Ciney-Marche s'est structurée autour de cette mobilisation. Nous avons mis en place une cagnotte pour permettre l'accès en justice et nous avons commencé les rencontres Caves. Cette lutte menée au niveau local nous a donné l'envie de rencontrer d'autres qui luttent comme nous, ailleurs.

Autrefois, les campings et parcs résidentiels (domaines) étaient les lieux d'un tourisme de proximité. L'augmentation des revenus a attiré les touristes vers des destinations plus lointaines. On peut situer à la période des chocs pétroliers l'installation des résidents permanents dans les campings et parcs résidentiels, où ils ont pu obtenir leur domicile.
Aujourd'hui la volonté de la Région wallonne est de développer un nouveau tourisme de proximité et de rendre une vocation touristique à ces lieux à travers le plan HP (plan d'action pluriannuel relatif à l'habitat permanent dans les équipements touristiques, un plan interministériel de la Région wallonne). Les résidents doivent progressivement partir, ce qui cause l'insécurité au niveau du logement d'autant que le logement wallon à prix démocratique est rare.

LST rejoint les habitants permanents de plusieurs localités dans leur lutte pour de meilleures conditions de logement.

haut de la page

Fonctionnement

Les rencontres inter-campings ont lieu une fois par mois. Elles sont parfois centralisées pour permettre la présence de représentants de divers campings et parcs résidentiels. A d'autres moments elles se font dans différents campings ou domaines pour que des amis, des voisins puissent nous rejoindre et pour encourager la mobilisation. Des militants de LST sont attentifs à ce qui se vit durant le mois dans les différents lieux connus et collectent les différents points de l'ordre du jour à débattre. Nous échangeons sur le vécu dans chaque camping et domaine. Ensemble, on peut découvrir des pistes d'action, des questionnements au niveau de la loi.

Ce qui nous mobilise pour le moment, c'est de voir ensemble la façon dont le plan HP (plan d'action pluriannuel relatif à l'habitat permanent dans les équipements touristiques, un plan interministériel de la Région wallonne) va être appliqué et réfléchir à comment réagir, comment rester solidaires face à un plan qui sera appliqué différemment pour les uns et les autres.

Fondamentalement, ces rencontres créent et renforcent entre les participants un lien qui les sort de l'isolement lié à l'habitat dans un endroit stigmatisé situé souvent dans des endroits reculés. C'est un des rares lieux où l'on ose parler de son logement (caravane, chalet) comme d'un véritable logement et être entendu alors qu'il n'est pas reconnu comme tel par les pouvoirs publics. On y parle encore de son histoire de logement : comment on a été amené à vivre en caravane ou en chalet ?

Nous avons un rôle de permanence, à travers l'accompagnement de certains résidents dans différentes démarches. Nous mettons en place des rencontres au niveau local (la commune où se situe le camping ou parc résidentiel) pour définir des stratégies par rapport à des problématiques spécifiques du lieu (par exemple pour interpeller le bourgmestre), des actions de soutien et de solidarité par rapport à des résistances locales ainsi que des actions plus globales et wallonnes en partenariat avec d'autres associations pour interpeller le pouvoir wallon.

haut de la page

Réalisations 

Très vite, de nombreux coups de téléphone d'habitants de campings et de domaines nous ont convaincu de l'importance d'être en contact les uns les autres, de se sentir concernés par ce que chacun vit là où il est. Nous avons décidé de réaliser le Courrier des domaines, une simple feuille comme bulletin de liaison entre les résidents.

Dans le but de permettre aux habitants de campings et de domaines de s'exprimer et de faire connaître la problématique de l'habitat permanent en camping avec un autre regard, nous avons écrit différents articles pour La Main dans la Main, Alter écho, Le Ligueur. Nous avons participé à des émissions de Canal C, à des interviews de journalistes de Vers L'Avenir, d'Alter Echo...

En vue d'interpeller le monde politique wallon, nous avons également mené une action de sensibilisation à la table ronde de la Région wallonne le 12 mars 2003 avec les bourgmestres et opérateurs du logement concernés et nous avons réalisé un tract cosigné par l'ensemble du monde associatif de lutte contre la pauvreté.

Nous avons apporté notre soutien à l'action en justice intentée par les habitants du domaine de Pincemaille à Estinnes contre le propriétaire, la société des eaux, le bourgmestre, la Région wallonne. Les habitants du domaine sont sans eau depuis plusieurs mois (au 03-10-2003).

Nous avons suscité une rencontre entre les résidents du camping de Maredret et les autorités communales d’Anhée.

Par solidarité, nous accompagnons des résidents dans différentes démarches par rapport au propriétaire, à la commune ou auprès de différentes administrations.

page précédentetop
  Creative Commons License
dernière mise à jour le 4 septembre 2007