accueil > action militante > éducation permanente > groupes des jeunes > groupe des jeunes à LST Andenne > groupe des jeunes à LST Andenne

Groupe des jeunes à LST Andenne - Activités et projets annuels

plus d'info
contactez-nous à LST Andenne

Retrouvez ici quelques traces d'une partie des activités écoulées du Groupe des jeunes, à Andenne. Bonne découverte !

20182016-2017 2014-2015 2012-2013

2018

Place des jeunes 

Ce 28 février dernier, à la Banque Nationale de Belgique, une délégation du groupe des jeunes de LST Andenne participait à un évènement organisé par l’Institut Royal des Elites du Travail.

Dans un lieu qui nous est particulièrement étranger, cette participation fut l’occasion d’introduire un message fort, construit et porté par le groupe des jeunes au nom du Mouvement LST. Mettre un gravier, un grain de sable, et porter cette parole dans pareil cénacle fut le défi relevé par le groupe à cette occasion.

Le point de vue des jeunes porté au Parlement de Wallonie 

En mars 2018, un panel de citoyens tirés au sort et réunis pendant 4 w-e au Parlement de Wallonie a été chargé de proposer des recommandations aux parlementaires en matière de jeunesse.

La télévision régionale Canal Ca été chargée de réaliser un reportage, sous le titre : « 20 ans », pour alimenter les travaux dans ce panel citoyen. Le groupe des jeunes de LST Andenne a accepté l’invitation de Benoit de Rue, journaliste à Canal C pour participer à ce projet. L’occasion de pouvoir y partager le point de vue des jeunes se rassemblant à LST pour alimenter les débats politiques en Wallonie autour de ces enjeux.

2016 et 2017

Nous voulons que ce nous exprimons, réfléchissons et analysons au départ de notre vécu dans nos différentes rencontres puissent être entendu et reconnu ailleurs. Nous avons des choses intéressantes à dire...

Quand des jeunes parmi les plus pauvres osent le théâtre….

Depuis de nombreuses années, nous nous rassemblons au sein du groupe des jeunes du Mouvement Luttes Solidarités Travail (Mouvement militant de lutte contre la pauvreté).
Nous avons entre 17 et 30 ans ; notre objectif est, ensemble, de nous donner les moyens d’une expression, à nous jeunes, résistants au quotidien dans une vie vraiment difficile. Nous souhaitons que notre parole puisse être entendue et respectée dans ce que nous vivons.
A partir de notre expérience de tous les jours, voir les choses ensemble et définir des constats. Et puis chercher à comprendre, à analyser entre nous, mais aussi en dialogue avec toutes les sources de connaissance qu’on peut mobiliser. Enfin, chercher des choses à faire, poser des actes, mobiliser des énergies pour bâtir le présent et l’avenir, avec tous ceux qui se mobilisent.

Au fil de nos rencontres, nous avons pu nous rendre compte que nous sommes tous confrontés, depuis plus ou moins longtemps, à la dure réalité et aux responsabilités de la vie adulte. Cela nous fait peur, car nous pensons ne pas avoir beaucoup d’armes pour y faire face, et nous sommes souvent seuls, au cœur de beaucoup de mépris, dans nos choix et dans nos combats.

Comment faire entendre notre point de vue autrement que par l’écrit. Nous avions déjà tenté quelques expériences en ce sens. Après mûres réflexions et la découverte du théâtre forum avec les jeunes d’ATD Quart Monde et puis, l’émerveillement comme spectateurs de quelques pièces de théâtre-action, nous nous sentions prêts pour relever le défi de la création.
Nous avons donc pris contact avec la Compagnie Buissonnière et nous avons rencontré Bruno que nous avons convaincu et qui a accepté d’entamer un tel projet avec nous.

Chaque semaine, depuis mars 2016, le groupe des jeunes de LST s’est donc lancé dans l’univers de la création théâtrale.

L’Atelier « Théâtre militant » des Jeunes de L.S.T. (Luttes Solidarités Travail) est fier de vous présenter leur première création collective.

« Du gravier dans les chaussures»

Les jeunes ont choisi de se lancer dans une création théâtrale. Au départ de leur vécu, de leur réalité et de leur chemin de vie, ils veulent interpeller et susciter une réflexion et une mobilisation collective.

[Photo] Du gravier dans les chaussures | Illustration LST Andenne.C'est à partir d'un gravier coincé entre la semelle et la plante du pied qu'ils se sont reconnus. C'est à l'instant précis où ils se sont assis ensemble sur le bord du chemin pour l'enlever que le dialogue s'est établi, que les fils se sont tissés. Aujourd'hui ils passent de l'ombre à la lumière, afin que ce gravier devienne un grain de sable qui va enrayer la machine à exclure trop bien huilée.

Nous sommes 7 sur scène mais c’est le message de nombreux amis qui ont participé à cette démarche, mais aussi d’autres que nous connaissons, que nous portons et qui n’ont pas pu encore rejoindre nos lieux de rassemblement.

Le rassemblement est et reste un réel défi au quotidien, et nous savons combien il est difficile de rejoindre un groupe quand, sans cesse, nous sommes méprisés. La peur du quotidien prend le dessus et nous empêche souvent de pouvoir nous investir ailleurs.

Peur du regard des autres,  à l’école, dans la rue, ou même à la maison… L’angoisse de pas savoir payer toutes les factures, de se confronter à nouveau à des services de contrôle et de n’avoir droit à aucun revenu, de se mobiliser à la fois pour chercher un toit, payer son loyer, s’occuper des enfants, trouver un travail,…  Car à côté de tout cela, on nous demande de suivre des formations que nous n’avons souvent pas choisies,  et de prouver que nous sommes des adultes responsables afin de garder nos allocations familiales, de chômage ou notre RIS.

Néanmoins, nous savons aussi que c’est en réfléchissant ensemble que nous pourrons faire avancer les choses et faire entendre notre voix.

C’est à travers différentes scènes qui abordent ces différentes thématiques que nous vous rencontrons.

21.10.2017 | Du gravier dans les chaussures

Entretien à bâtons rompus avec les jeunes acteurs de LST. Par le biais d'une création théâtrale et au départ de leur chemin de vie, ils veulent interpeller et susciter une réflexion collective.

Le samedi 14 octobre 2017 à l'Athénée Royale de Huy

Le mardi 17 octobre 2017 au Théâtre Saint-Michel à Bruxelles

Le samedi 21 octobre 2017 au Centre Culturel de Rochefort

Le vendredi 8 décembre 2017 à l'Hôtel de Ville d'Andenne

Un projet de LST Andenne, en collaboration avec la Compagnie Buissonnière et soutenu par la Province de Namur, l'Action Vivre Ensemble et la Fédération Wallonie-Bruxelles.

2014 à 2015

Jeunes et travail : qu’en dire ?

En 2014 et 2015, nous réfléchissons autour de la notion de travail. Voici où nous en sommes dans la réflexion actuellement : Voir notre article dans le journal La Main dans la Main.

De l’assemblée des militants...

En mars 2014, nous nous lançons pour la première fois lors d’une assemblée des militants.

Nous avons pris le temps de construire ce que nous avions envie de partager et nous l’avons porté ensemble. Parce qu’on était ensemble et qu’on l’avait bien préparé, nous avons pu dire à d’autres ce que nous vivons. Ce n’était pas évident du tout mais nous étions fiers d’avoir osé le faire.

... à la Journée Mondiale du Refus de la Misère

Ensuite, certains d’entre nous, ont porté la parole de notre Mouvement, le 17 octobre 2014, au Parlement wallon, lors de la Journée mondiale du refus de la misère.

En passant par la télé

Fin mai 2014, nous avons été contacté par une équipe de l’émission « Question à la Une », de la RTBF,  le journaliste (Olivier Corroenne) et le réalisateur (Nicolas Ceuppens). Ils réalisent un reportage sur les Neets : nouvelle appellation de l’Europe définissant les jeunes entre 18 et 29 ans en décrochage. C'est-à-dire qui ne sont actuellement ni à l’école, ni en formation ni dans un emploi.

Nous avons organisé une rencontre avec eux. Nous étions une quinzaine de jeunes de LST Andenne et Namur. Nous leur avons exprimé nos craintes quant à l’utilisation de notre parole et du risque d’être encore un peu plus méprisé après notre passage dans cette émission. Mais nous leur avons dit aussi combien notre parole était trop peu entendue, comprise et prise en compte. Deux jeunes du groupe se sont engagées dans ce projet. Engagement par rapport à leur propre histoire et leurs luttes sur laquelle mettre des mots et à exprimer vers l’extérieur ; mais engament vis-à-vis du groupe des jeunes et de tous les jeunes parmi les plus écrasés, qui n’auront pu prendre cette parole. Porter pareil engagement et défi en tant que jeune, n’est pas banal.

Nous voulons ici souligner également la particulière attention des professionnels dans cette aventure lors des tournages. Ils sont restés en écoute et en respect par rapport à notre parole. L’occasion aussi pour nous de leur faire découvrir nos réalités et notre Mouvement. Et, pour nous, de découvrir comment techniquement, cela se construit. Ce réalisateur avait d’ailleurs fait un reportage en 2013 sur les SDF avec cette même attention particulière. Nous  avions d’ailleurs réagi à la sortie du reportage.

Peut-être sera-t-on repris dans le reportage, peut-être pas…, en fonction de leur montage. Mais cette expérience, jusque-là, méritait le détour....

Journée vacances

Fin juin 2014, nous sommes partis à Plopsa Coo, dans la cadre de la journée vacances organisée au départ des Caves de LST Andenne.

2012 et 2013: Les jeunes sont de sortie!

Avec ATD Quart-Monde...

En 2013, nous avons été contactés par le groupe de jeunes d’ATD Quart Monde, l’occasion pour nous de les accueillir une première fois dans nos locaux et de les rejoindre à Liège. Deux temps de rencontre intéressants où chacun a pu partager son  expérience et les activités réalisées. Nous avons également pu voir à quel point ce que vivaient les autres rappelait des réalités tellement proches de nous.

En janvier 2014, nous nous sommes rendus dans leurs locaux à Bruxelles afin de découvrir leur pièce de théâtre action sur l’école.

Nous poursuivrons, à l’occasion, des rencontres avec eux, afin de continuer à tisser des solidarités plus larges.

 

 

Le minibus à Bruxelles

Fin juin 2013, nous sommes partis à la découverte de Bruxelles. En commençant par la Dalle en l’honneur des victimes de la misère et les institutions Européennes. Ensuite, le Palais Royal, la Rue de la Loi en découvrant la complexité des institutions belges via les différents Parlements et Gouvernements. Il s’agissait également d’une occasion pour mieux en comprendre le fonctionnement. Nous avons continué notre visite par la Grande Place et notre Manneken Pis national. Et sur le retour, nous nous sommes arrêtés au pied de l’Atomium pour quelques photos souvenirs.

 

Huit jeunes à Paris

Pour terminer les activités du groupe des jeunes de 2013, nous avons choisi de partir à la découverte de Paris. Ce projet étant né d’un rêve commun des jeunes du groupe énoncé lors de l’une de nos animations. La plupart d’entre nous n’y étaient jamais allés. L’occasion de découvrir cette superbe ville et ses monuments importants : nous avons pris le temps au long de cette année de construire ce projet ensemble. La tour Eiffel, les Champs Elysées, Notre-Dame de Paris, la Concorde, l’Arc de Triomphe, la Dalle (dont nous avons vu la copie à Bruxelles) sur la célèbre place du Trocadéro et bien d’autres lieux sont à garder dans nos souvenirs.
Voir aussi notre article dans le journal La Main dans la Main.

Euroskills 

En octobre 2012, nous nous sommes rendus à l’évènement  « Euroskills » sur le circuit de Spa-Francorchamps afin de découvrir différentes sortes de métiers, l’occasion aussi de découvrir un circuit de course automobile. L’objectif était de découvrir des métiers, de l’artisanat,  et des formations inconnus pour nous et voir si l’une ou l’autre pourrait nous intéresser et nous ouvrir des perspectives.


Théâtre, cinéma, expo... La culture nous regarde !

En fonction des demandes, possibilités et opportunités, et pour découvrir une autre forme d’accès à la culture nous allons régulièrement voire une exposition, des pièces de théâtre et/ou des projections cinématographiques. C’est un processus important, parce que non évident, mais nous permettant, comme un levier, une expression nouvelle et plus forte. C’est, chaque fois, un moment de questionnement, d’émerveillement, de surprise et parfois même de déception quand on sent que c’est un modèle parfois tellement loin de nous.

Depuis 2012, nous avons été voir deux pièces de théâtres action de la Compagnie Buissonnières : « Le ressort » et « L’impossible dressage des ramiers ». 

Nous avons également été voir un spectacle de danse et de chants biélorusses ou encore un petit détour par la visite au musée du capitalisme à Namur (voir notre article dans le journal La Main dans la Main) ou encore l’Exposition Van Gogh à Mons dans le cadre de l’atelier créatif de LST Andenne.


page précédentetop
Contacts Creative Commons License
dernière mise à jour le 26 avril 2019